Dépression, stress, sexisme... L'état de santé préoccupant des professionnels de la musique

Yann Bertrand

Il y a un an et demi, le 20 avril 2018, une annonce provoquait une prise de conscience dans le monde de la musique, et même au-delà : le DJ suédois Avicii, star mondiale, se suicidait après des années d'une dépression cachée au grand public. Dans la foulée, le collectif CURA se lançait en France : un an et demi, une enquête menée en ligne et plus de 500 réponses plus tard, les résultats sont là : anxiété et déprime sont la règle, et un professionnel sur quatre a déjà été diagnostiqué dépressif, presque trois fois plus que la moyenne.

Pour l'un des instigateurs de l'enquête, le journaliste et musicien Julien Jaubert, "on est dans un domaine qui reste une passion, et certains artistes ne voudront jamais montrer une fragilité".

La parole n'est pas très libérée sur le sujet, personne n'a réellement envie d'en parler

Julien Jaubert, alias Shkyd, musicien et journaliste

Les résultats des répondants sont sans appel, et bien supérieurs à la moyenne nationale : manque de sommeil, alcool, drogues, solitude, stress, tout cela fait partie du quotidien de ceux qui ont fait de la musique leur métier. Mais aussi sexisme profond. Julien Jaubert témoigne de "femmes pour qui c'est difficile de voir que, à compétence égale, on mettra toujours quelqu'un d'autre à leur place".

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi