Dépression, pensées suicidaires: le Covid a mis à mal la santé mentale des Français

·3 min de lecture
Sad woman or teenager girl looking through a steamy car window (Photo: taseffski via Getty Images)
Sad woman or teenager girl looking through a steamy car window (Photo: taseffski via Getty Images)

SANTÉ - À l’occasion des Assises de la santé mentale qui se sont ouvertes ce lundi 27 septembre, un sondage mesure l’ampleur de l’impact de la crise sanitaire sur notre psychisme. Ainsi, “un tiers des jeunes de moins de 24 ans ont eu des pensées suicidaires ces derniers mois”. Et “plus de 4 personnes sur 10 actuellement atteintes de dépression estiment que leur maladie s’est aggravée depuis le premier confinement”.

De leur côté, les professionnels de santé, dans leur grande majorité (8 sur 10), sont convaincus que le Covid-19 a fait augmenter le nombre de patients atteints de dépression.

Qui sont les plus touchés?

Le sondage a été commandé par l’Unafam (Union des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) et la Fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale.

Il en ressort que 10% des Français sont atteints de dépression. Les populations les plus touchées sont les femmes, les 25-34 ans et les personnes vivants seules. Parmi elles, on trouve une majorité d’habitants de l’Île-de-France. Seul un tiers des personnes atteintes de dépression ont recours aux médecins généralistes et aux psychiatres.

Ils n’osent pas en parler

Le tabou est toujours proéminent, puisque “près de la moitié des personnes actuellement atteintes n’en parlent pas (46%) et 62% ont l’impression que leur maladie n’est pas comprise par leur entourage”.

Ce sondage vient corroborer les observations effectuées par Santé publique France qui a édité son point mensuel sur la santé mentale le 23 septembre. On y apprend que, chez les enfants et les jeunes, les passages aux urgences pour geste suicidaire, idées suicidaires et troubles de l’humeur, ont augmenté en 2021 par rapport aux trois années précédentes. Et ce, de manière significative.

On note ainsi un accroissement de +61% pour les gestes suicidaires, +140% pour les idées suicidaires et +93% pour les troubles de l’humeur. Une légère hausse des passages pour troubles alimentaires chez les 11-17 ans (+47%), l’un marqueur d’une phase dépressive, a également été remarquée.

Un numéro vert bientôt opérationnel

Comment tendre la main aux personnes en souffrance? Les Assises de la santé mentale doivent y répondre. En attendant, on sait déjà à quoi devrait ressembler le futur numéro vert pour la prévention du suicide. Selon les informations de L’Express, ce numéro qui s’ouvrira vendredi 1er octobre, “sera relié à des plateformes d’écoute - une par région.”

En journée, des équipes de 12 personnes se relaieront, composées d’infirmières et de psychologues spécialement formés. La nuit, trois plateformes prendront les appels pour tout le territoire, à Brest, Lille et Montpellier. Ces plateformes seront placées auprès de services de Samu, afin de réagir rapidement si les personnes sont en situation de vouloir se donner la mort.

À voir également sur Le HuffPost: La bande-annonce du film de Dany Boon sur le confinement rappelle de mauvais souvenirs.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles