Dépollution autour de Notre-Dame de Paris : "J’espère qu’il n’y a pas d’autres endroits qu’on a oubliés"

franceinfo

"Le président de la République avait dit qu’il fallait reconstruire [la cathédrale Notre-Dame] en cinq ans et on n’a pas pensé à l’essentiel, qui était la sécurité sanitaire et la santé publique", a estimé mercredi 14 août sur franceinfo Gaspard Gantzer, candidat à l'élection municipale de Paris et ancien conseiller de François Hollande. "On s’y intéresse maintenant, peut-être un peu tardivement, mais espérons que ça ne soit pas trop tard"

En tout, 10 200 mètres carrés seront décontaminés. "J’espère qu’il n’y a pas d’autres endroits qu’on a oubliés" a ajouté Gaspard Gantzer, réclamant qu'une vigilance particulière soit portée en direction des "universités, des lycées, de tous les parcs et jardins, de toutes les crèches". Il a par ailleurs proposé que "tous ceux qui le souhaitent puissent faire une prise de sang [une plombémie] pour se rassurer".

On a décontaminé une école rue Saint-Benoît dans le 6e arrondissement, qu’en est-il du reste de la rue ? Il y a aussi des cafés, des immeubles.

Gaspard Gantzer

à franceinfo

Pour Gaspard Gantzer, la communication de l'exécutif autour de ce dossier ressemble à celle qui a été faite après Tchernobyl : "Dans les années 80, on nous avait dit que le nuage s’était arrêté à la frontière alsacienne. Là, on nous a dit que le nuage de plomb s’est arrêté à 500 mètres de Notre-Dame. Ça m’a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi