Quel déploiement pour les éoliennes offshore en France ?

Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

De rien aujourd’hui à 40 gigawatts en 2050, la filière des énergies marines renouvelables françaises va connaître dans les trois prochaines décennies un bond considérable. Mais où et comment construire les 50 parcs nécessaires ?

Le 10 juin 2022, la première éolienne offshore française (Loire-Atlantique) a été reliée au continent et a envoyé ses premiers kilowattheures (KWh) dans le Cette connexion annonce un développement à marche forcée. Actuellement, outre Saint-Nazaire, à Fécamp et Courseulles en Normandie et à Saint-Brieuc en Bretagne et quatre autres appels à projet en sont à différents stades d'instruction. "Enfin !" a soufflé la profession réunie au Havre le 14 juin pour ses "La procédure pour ce parc a débuté en 2011", a rappelé Marc Lafosse, président de la commission énergies marines au Syndicat des énergies renouvelables (SER). Selon les objectifs de la (PPE), ces parcs éoliens auront une puissance de 2,4 gigawatts (GW) en 2023, soit l’équivalent d’un EPR.

Ces résultats très modestes permettent de mesurer l’ampleur du défi lancé par le président de la République lors de sa campagne électorale. Dans un discours prononcé le 10 février dernier à Belfort, Emmanuel Macron a annoncé à la fois la construction de nouvelles centrales nucléaires et un effort accru en matière d’énergies renouvelables. Et pour l’éolien offshore, l’objectif affiché est de 40 GW en 2050 avec une étape intermédiaire de 18 GW en 2035. "Cela représente 2 GW supplémentaires par an et la création d’une cinquantaine de parcs", note Jean-Louis Bal, président du SER. Comment suivre un tel rythme et, surtout, où mettre ces éoliennes alors que les quatre projets actuels ont rencontré de très vives critiques de pêcheurs, de riverains et d’opposants aux énergies renouvelables?

Les industriels demandent une planification du développement de l'éolien offshore

La situation française fait figure d’exception sur les façades maritimes du continent. "Actuellement en Europe, 28 GW d’éolien offshore, soit plus de 5000 mâts sont en production, rappelle Giles Dickson, directeur général de , le lobby de l’éolien sur le continent. Il faut trois ans en Belgique pour réaliser un projet, quatre aux Pays-Bas, cinq en Allemagne." Gile[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles