Dépistage du cancer du col de l’utérus (test HPV) : pour qui ? À quelle fréquence ?

![CDATA[Shutterstock]]

SOMMAIRE :

  • Pourquoi faire le dépistage du cancer du col de l'utérus ?

  • Qui est concerné par le dépistage du cancer du col de l'utérus ?

  • Cancer du col de l'utérus : où faire le dépistage ?

  • Le dépistage du cancer du col de l'utérus est-il gratuit ?

  • Dépistage organisé : comment se déroule-t-il ?

Pourquoi faire le dépistage du cancer du col de l'utérus ?

Le dépistage du cancer du col de l'utérus permet de détecter des anomalies de cellules du col de l’utérus à un stade précoce, provoquées par une infection aux papillomavirus humains (HPV). Les virus de cette famille s'attaquent à la peau et/ou aux muqueuses : une douzaine de virus (HPV 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45...) peuvent être responsables d'un cancer du col de l'utérus. La transmission se fait principalement par voie sexuelle, à l'occasion d'une pénétration, d'un baiser ou d'un acte bucco-génital (fellation, cunnilingus...)

Les papillomavirus ne sont pas rares : l'infection à HPV est même l'infection sexuellement transmissible la plus fréquente. Environ 80 % des femmes rencontrent le papillomavirus au début de leur vie sexuelle. Il s'agit d'une infection banale, qui est transitoire et disparaît spontanément dans les deux ans suivant l’infection, mais il arrive néanmoins que dans environ 5 à 10% des cas, ce virus provoque des lésions génitales, pouvant évoluer vers un cancer. En France, 3 000 femmes développent chaque année un cancer du col et 1 100 en décèdent.

Le dépistage du cancer (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Variant CH.1.1 (Orthrus) du Covid : il pourrait devenir dominant au Royaume-Uni, ce que l’on sait
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce mardi 24 janvier 2023 : courbes, décès, les infos du jour en direct
37% des femmes disent avoir déjà subi des rapports sexuels non-consentis
En Chine, 8 personnes sur 10 ont été contaminées par le Covid depuis début décembre
Age des premières règles, nombre de grossesses, type de ménopause… Une étude établit un lien entre maladie de Parkinson et exposition hormonale