Les dépenses militaires des pays africains en baisse, selon une étude

Laurent Ribadeau Dumas
En 2018, les Africains auraient dépensé, pour leurs armées, 40,6 milliards de dollars (36,14 milliards d’euros), soit 8,4% de moins par rapport à l’année précédente, selon les estimations de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri). Lequel a établi un classement des pays du continent en fonction de leurs dépenses militaires.

"Il s’agit de la baisse annuelle relative la plus importante depuis le pic de l’après-Guerre froide, atteint en 2014", précise l’étude du Sipri, organisme suédois reconnu au niveau international. "En dépit de quatre années consécutives de baisse, les dépenses militaires en Afrique étaient encore (en 2018, NDLR) supérieures de 9,2% à celles atteintes en 2009", tempère cependant le document.

En Afrique du Nord, les dépenses se sont élevées en 2018 à 22,20 milliards de dollars (19,76 milliards d’euros), soit 5,5% de moins qu’en 2017. Pour autant, ces dépenses sont supérieures de 74% à celles de 2009. Pour les quatre pays de la région (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye), elles dépassent pour la première fois celles des 45 pays de l’Afrique subsaharienne, qui s’élèvent à 18,4 milliards de dollars (16,38 milliards d'euros). A noter que ce classement n’inclue pas l’Egypte (placée par le Sipri au Proche-Orient). Il exclut par ailleurs les Comores ainsi que Sao Tomé-et-Principe, pays "présumés avoir des dépenses faibles", note le rapport. N’y figurent pas non plus ni l’Erythrée ni la Somalie, Etats "pour lesquels aucun chiffre n’est disponible".

L’Algérie freinée par l’inflation

Pays du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi