Départs en série et bureaux fermés, chaos chez Twitter après l'ultimatum d'Elon Musk

© REUTERS/Dado Ruvic

Les départs se multipliaient chez Twitter jeudi, au lendemain d'un ultimatum d'Elon Musk, propriétaire et patron de Twitter depuis trois semaines, qui a demandé aux employés rescapés de la première vague de licenciements de choisir entre se donner "à fond, inconditionnellement",ou partir. "Je suis peut-être exceptionnelle, mais (...) je ne suis pas inconditionnelle", a par exemple tweeté Andrea Horst, dont le profil LinkedIn affiche encore "Responsable de la chaîne d'approvisionnement (survivante) chez Twitter".

Elle a ajouté le hashtag "#lovewhereyouworked", c'est-à-dire "Aime l'endroit où tu as travaillé", comme des dizaines d'autres salariés annonçant leur choix sur la plateforme. Selon plusieurs médias américains, des centaines d'employés ont choisi de partir.

La moitié des 7.500 employés du groupe californien ont déjà été licenciés il y a deux semaines par le multimilliardaire, et quelque 700 salariés avaient déjà démissionné pendant l'été, avant même d'être sûrs que l'acquisition aurait lieu.

Jeudi soir, de nombreux utilisateurs du réseau social, notamment des ex collaborateurs, des journalistes et des analystes, se demandaient donc si la fin de Twitter serait proche. "Et... nous venons d'atteindre un nouveau pic d'utilisation de Twitter, lol", a ironisé Elon Musk, qui a racheté la plateforme pour 44 milliards de dollars le 27 octobre. Il a aussi tweeté un drapeau de pirate à tête de mort et un mème (image parodique), montrant un homme au visage d'oiseau bleu, po...


Lire la suite sur ParisMatch