Départs vers le RN, projets d’alliances avec LR : les troupes de Dupont-Aignan lavent leur linge sale en public

·2 min de lecture

Stupeur et tremblements chez Debout la France. Ce jeudi matin, Nicolas Dupont-Aignan doit présider une réunion du bureau national de son parti, qui s’annonce animée. Au programme : l’exclusion définitive de plusieurs cadres accusés de félonie, alors que DLF est dans la tourmente depuis novembre, sur fond d’hémorragie vers le Rassemblement national. Son numéro deux Jean-Philippe Tanguy, à ses côtés depuis huit ans, a sonné le début de la fronde en critiquant la stratégie de Dupont-Aignan. Dans la foulée, plusieurs cadres du parti souverainiste ont claqué la porte pour se tourner vers le RN.Le malaise couvait depuis plusieurs mois chez DLF, où la course en solitaire du double candidat à la présidentielle en exaspérait plus d’un. Les esprits se sont échauffés à l’approche des élections régionales, prévues en juin. « À part quelques groupies, tout le monde au bureau national veut sortir de l’isolement. Personne n’entend présenter à nouveau des listes autonomes aux régionales. Ça n’a plus de sens », assure Jean-Philippe Tanguy. L’ex-numéro deux ne supportait plus les zigzags de son mentor. Après avoir rallié Marine Le Pen entre les deux tours de la présidentielle en 2017, Dupont-Aignan avait finalement tourné le dos à un accord pour les législatives. Et en 2019, après avoir mis sur pied une alliance pour les européennes avec Jean-Frédéric Poisson, du Parti chrétien-démocrate, la députée Emmanuelle Ménard (épouse de Robert), ou encore le Centre national des indépendants et paysans...Lire la suite sur MarianneBientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoiresSelon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19