Départs en masse à Science & Vie : "On a compris qu'on n'avait pas la même vision du métier"

·1 min de lecture

La quasi totalité des journalistes rédacteurs de Science & Vie ont annoncé leur départ ce mardi 30 mars. Le mensuel scientifique est victime du groupe Reworld, qui confirme sa réputation de fossoyeur de rédactions.

Une "catastrophe industrielle", dit-on en interne. Ce mardi 30 mars, la situation de Science & Vie s'est encore aggravée, après l'annonce du départ de la quasi totalité de ses journalistes rédacteurs, en rupture totale avec les méthodes du propriétaire du magazine, Reworld, qui confirme avec ce titre emblématique de la presse scientifique sa réputation de fossoyeur de médias.📣 COMMUNIQUÉ 📣 pic.twitter.com/OBQ3qoKUQP— Société des journalistes de Science & Vie (@SDJ_Science_Vie) March 30, 2021 Depuis le rachat du titre en 2019, les effectifs de Science & Vie se sont réduits comme peau de chagrin, passant de vingt journalistes titulaires à seulement huit, dont à peine deux participent à la rédaction des articles. La nouvelle vague de départs concerne neuf membres au total, dont cinq titulaires (une rédactrice, une chef de service, deux rédacteurs en chef adjoints et une secrétaire de rédaction), le rédacteur en chef des hors-séries, et trois pigistes - lesquels, participant au journal depuis des années, jouent un rôle crucial pour un magazine spécialisé comme Science & Vie."La rédaction a vu ses pires craintes se réaliser"Le titre fait désormais figure de coquille vide. "Ça fait longtemps que le journal est écrit en bonne partie par...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République