Départementales: la droite met fin à plus de 20 ans de socialisme dans les Alpes-de-Haute-Provence

·2 min de lecture
Un électeur met son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote à Quintin, dans les Côtes d'Armor, pour les élections régionales, le 13 décembre 2015 - FRED TANNEAU © 2019 AFP
Un électeur met son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote à Quintin, dans les Côtes d'Armor, pour les élections régionales, le 13 décembre 2015 - FRED TANNEAU © 2019 AFP

Basculement historique dans les Alpes-de-Haute-Provence qui passent à droite après 23 ans de socialisme, la liste LR-UDI ayant remporté une large majorité de ce département rural de 164.000 habitants.

Selon des résultats définitifs, la liste LR, qui avait déjà obtenu deux sièges au premier tour, a réuni 39% des voix lui donnant 18 sièges de plus; le PS, qui dirigeait la collectivité depuis 1998, ne conserve que 2 sièges, les autres listes se partageant les huit sièges restants. L'abstention s'est établie à 57,41%, en léger repli par rapport au premier tour.

"Nous basculons 10 cantons sur 15, ce qui nous donne une large majorité", s'est félicité le maire de Manosque, Camille Galtier, lui-même élu dans son canton de Manosque-2 qui était à gauche depuis 1955.

Une gauche divisée face à la liste de droite

Depuis 2017 et la démission de l'ex-président Gilbert Sauvan (PS) pour raison de santé, le département était dirigé par une coalition inédite "arc-en-ciel", présidée par René Massette (PS) et regroupant des élus de droite comme de gauche pour conserver la collectivité.

Pour la campagne, chacun est reparti dans sa famille politique et face à la liste de droite "Avenir 04", la gauche partait divisée avec d'un côté les troupes de René Massette et de l'autre une union du reste de la gauche.

Sur cette terre d'élevage ovin, de lavande et de villégiature, "les urgences pour nous sont la valorisation, l'aménagement du territoire et l'emploi car les aides sociales c'est bien, mais un emploi pour tous c'est mieux", ajoute Camille Galtier.

La nouvelle majorité doit se réunir lundi pour se mettre d'accord sur la personnalité qui prendra la tête du conseil départemental où le "troisième tour" - l'élection du président de la collectivité - est prévu jeudi.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles