Dépôts pétroliers bloqués: le gouvernement tente de désamorcer la colère des professionnels du BTP

Herrero, Océane
Plusieurs stations-service bretonnes étaient à cours de carburant ce lundi. / FRED TANNEAU/AFP

Les bloqueurs protestent contre une hausse du prix du gazole non routier. Reçus ce lundi par Bruno Le Maire, ils doivent se prononcer dans la soirée sur la suite du mouvement.

Ils souhaitaient rencontrer Édouard Philippe, ils auront vu Bruno Le Maire. Une délégation d’une dizaine de représentants de la Chambre Nationale des Artisans des Travaux Publics et du Paysage (CNATP) a été reçue ce lundi par le ministre de l’Économie et des Finances, à la suite de leur blocage du dépôt pétrolier du Mans qui dure depuis jeudi 28 novembre. Le dépôt de Brest est lui aussi bloqué. En conséquence, plus de 400 stations essence étaient à sec ce lundi matin, selon une carte réalisée par penurie.mon-essence.fr. Le gouvernement a ainsi fait plusieurs propositions afin de faire baisser la tension.

» LIRE AUSSI - Dépôts pétroliers bloqués: la préfecture du Finistère réquisitionne des stations-service

Les professionnels du BTP protestent contre la suppression, dans le projet de loi de finances 2020, de leur avantage fiscal sur les prix du gazole non routier. Pour eux, les prix vont donc s’envoler de 80 centimes du litre, pour parvenir à 1,40 euro. La réunion qui a commencé à 11 heures ce lundi s’est poursuivie jusqu’au milieu de l’après-midi. Après cinq heures de négociations, le gouvernement a finalement fait plusieurs propositions.

Parmi elles, un renforcement des contrôles de douane concernant l’usage des carburants agricoles. En effet, les professionnels du BTP estiment que la suppression de leur avantage fiscal renforce une concurrence déloyale avec les entreprises de travaux agricoles (ETA), gérées par des agriculteurs qui souhaitent diversifier leurs revenus et bénéficient d’un système avantageux. Le tarif agricole de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques s’élève à 3,86 centimes d’euro par litre, contre 18,82 centimes pour le gazole non routier (GNR) utilisé pour les travaux publics.

Or les agriculteurs tendent à utiliser leur gazole acheté au tarif (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Dépôts pétroliers bloqués: la préfecture du Finistère réquisitionne des stations-service 
Dépôts pétroliers bloqués: Bercy propose de rencontrer les bloqueurs lundi matin 
Dans le Finistère, les «gilets orange» choisissent de lever le camp 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro