Déontologie: L'Ordre des médecins interdit les relations sexuelles entre médecins et patients

DEONTOLOGIE - Les relations sexuelles entre médecins et patients sont désormais considérées comme un abus de faiblesse de la part du professionnel de santé

DEONTOLOGIE - Les relations sexuelles entre médecins et patients sont désormais considérées comme un abus de faiblesse de la part du professionnel de santé

Le Conseil de l’Ordre national des médecins (CNOM) a enfin décidé de sévir. Désormais, il interdit – et sanctionne — explicitement dans le Code de déontologie médicale toute forme de relation sexuelle entre médecins et patients. « C’est un progrès énorme pour la protection des patients », se réjouit le Dr Dominique Dupagne, médecin généraliste et créateur du site Atoute.org, qui lançait il y a un an aux côtés de patientes abusées une 

pétition pour obtenir cette interdiction. C’est aujourd’hui chose faite, et dorénavant, toute relation sexuelle entre un médecin et son ou sa patient(e) vulnérable sera considérée comme un abus de faiblesse de la part du

médecin.

Une indulgence française ?

Il y a un an, Marie, Cassandre et Ariane*, abusées sexuellement par leur psychiatre, décidaient de prendre la parole et de se lancer «l'Opération Serment d'Hippocrate» pour faire bouger les choses. « Ces dernières années, j’ai reçu ces témoignages de patientes abusées par leur médecin – dans 95 % des cas il s’agit de femmes –, dont celui de Marie, raconte le Dr Dominique Dupagne. Elle a été abusée par son psychiatre, a eu des relations sexuelles avec lui sous son emprise. Elle a trouvé le courage de déposer une plainte devant le Conseil de l’Ordre des médecins, mais l’avocat de son psychiatre lui a rétorqué à l’époque qu’aucun texte de loi n’interdisait les relations sexuelles entre un médecin et un patient. Le psychiatre, lui, s’en est tiré avec un simple avertissement et a pu continuer d’exercer librement. Quand elle m’a raconté son histoire, j’ai ét (...)
Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Procès du Dr Hazout: «Je me suis laissé faire. Il fallait l’accepter pour avoir un enfant»
Une pétition demande que «l'interdit sexuel» médecin-patient soit inscrit dans le Code de déontologie médicale
Gironde: Un médecin soupçonné de viols et d'agressions sexuelles sur ses patientes