Pour dénoncer le mal-être des boulangers, le cadeau de ces LR à Borne

Le cadeau insolite de LR à Borne pour dénoncer le mal-être des boulangers
ANNA KURTH / AFP Le cadeau insolite de LR à Borne pour dénoncer le mal-être des boulangers

POLITIQUE - Petite attention de rentrée ou mesquinerie à peine déguisée ? Élisabeth Borne a reçu un cadeau tout particulier, ce mardi 10 janvier, à l’Assemblée nationale, en marge des premières questions au gouvernement de l’année 2023 : une galette des rois, avec fève, mais sans cuisson. Une façon, pour la poignée de députés Les Républicains à l’origine du présent, d’alerter la cheffe du gouvernement sur la situation dramatique que vivent boulangers français, éreintés par l’envolée des prix de leur facture d’électricité.

« Avec mes collègues nous remettons à la Première ministre une galette des rois crue, symbole de l’abandon de nos boulangers par le gouvernement », écrit ainsi le député Pierre-Henri Dumont sur les réseaux sociaux. Sur la photo qu’il publie pour accompagner son tweet ci-dessous, on peut le voir en compagnie de ses collègues Fabien Di Filippo et Maxime Minot, alors qu’ils offrent leur gâteau à la locataire de Matignon.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon un journaliste du Parisien présent à l’Assemblée nationale ce mardi, Élisabeth Borne a refusé la galette, demandant de la lui rapporter une fois cuite. Aucun risque donc de tomber sur la fève et d’enfiler une couronne en ce lieu républicain par essence.

Au-delà de la plaisanterie, les députés Les Républicains voulaient surtout mettre en avant le sort et les difficultés des boulangers, une semaine après que ces derniers ont été reçus à Bercy. Pour aider ces artisans qui doivent faire face à un bond critique de leur facture d’électricité, et dont les fours consomment beaucoup d’énergie, le gouvernement a notamment annoncé un tarif garanti en 2023, certes élevés par rapport à leurs dépenses historiques, mais beaucoup moins que les sommets atteints ces derniers mois.

Après une semaine de réunions, d’interpellations et de prises de parole, avec notamment une dénonciation par Emmanuel Macron de prix de l’électricité « excessifs », le gouvernement a en effet décidé qu’aucune TPE ne paierait plus de 280 euros le mégawattheure en moyenne cette année, forçant ainsi la main des vendeurs d’électricité. Quelques jours auparavant, les boulangers avaient obtenu de pouvoir résilier leur contrat sans pénalité en cas de hausse « prohibitive ». Comme une baguette magique.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi