La "démocratie est visée", dénonce Castex après "l'agression" de Macron

·1 min de lecture
LA "DÉMOCRATIE EST VISÉE", DÉNONCE CASTEX APRÈS "L'AGRESSION" DE MACRON

PARIS (Reuters) - C'est la démocratie qui a été visée, a dénoncé mardi le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale quelques dizaines de minutes après un incident dont a été victime le président Emmanuel Macron dans la Drôme.

"A travers le chef de l'Etat, c'est tout simplement la démocratie qui est visée. La démocratie (...), c'est le débat, c'est le dialogue, c'est la confrontation d'idées, c'est l'expression de désaccords légitimes (...), mais ça ne peut en aucun cas être la violence, l'agression verbale et encore moins l'agression physique", a déclaré le chef de l'exécutif lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

(Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse)