Démocratie. En Tunisie, la résistance citoyenne s’organise “contre le coup d’État”

·1 min de lecture

Plus de trois mois après le coup de force du président tunisien, Kaïs Saïed, qui s’est arrogé les pleins pouvoirs, l’initiative “Citoyens contre le coup d’État” tente d’organiser sa riposte politique.

Un groupe de personnalités publiques opposées à ce qu’elles désignent comme un coup d’État du président Kaïs Saïed a tenu, ce lundi 8 novembre, une conférence de presse dans la rue, après avoir été empêché de pénétrer dans une salle de conférences de Tunis, rapporte le site d’information Business News. Chef de file de cette initiative politique, Jaouhar Ben M’Barek a annoncé sur son compte Facebook que le propriétaire de la salle s’était vu interdire par la police d’en ouvrir les portes.

À lire aussi: Politique. Le président tunisien accusé de “coup d’État” après avoir limogé le Premier ministre

De son côté, le président tunisien, Kaïs Saïed, qui recevait le même jour Najla Bouden – la très discrète chef du gouvernement – et son ministre de l’Intérieur, a affirmé ne pas être à l’origine de cette interdiction, relate la radio privée Mosaïque FM. Saïed, qui détient pratiquement les pleins pouvoirs depuis le 25 juillet dernier, récuse les accusations de coup d’État, en assurant que les chapitres de la Constitution relatifs aux droits et libertés restent en vigueur. Dès lors, “qui a interdit la conférence des citoyens contre le coup d’État ?” se demande Mosaïque FM.

Un retour au processus

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles