Démocratie : comment résister à la dépolitisation des esprits

*

Rien ne peut remplacer la rencontre directe, la présence des corps pour fédérer les esprits. La démocratie, depuis la Grèce antique, suppose la délibération (bouleusis) mais il n’y a pas d’assemblée délibérative (boulè) sans un lieu pour la tenir. La privatisation grandissante de l’espace public pour des manifestations commerciales a meilleure presse que l’occupation des espaces publics pour délibérer ensemble.

Qu'est-ce que l'activité politique ?

A Bordeaux, l’immense place des Quinconces, en permanence louée à des entreprises privées, n’a de politique que son monument aux Girondins. Le reste appartient aux marchands du temple. Nous mesurons à quel point il est aujourd’hui difficile de nous retrouver pour penser ensemble le commun, réfléchir à la nature des forces qui démembrent la souveraineté du peuple et atomisent les consciences, nous renvoient à nos écrans et à nos solitudes connectées. Que reste-t-il, dans ces conditions, de la question politique, sans unité de lieu, sans unité de temps pour la reposer ? Ainsi à Bordeaux, depuis le 5 décembre 2019, la faculté de sciences humaines de la Victoire fut occupée par des étudiants. Une intervention policière, stratégique dans une période creuse, a mis un terme à cette occupation le 27 décembre à 8h30 du matin. Durant ce laps de temps, de très nombreuses assemblées générales se sont tenues, certaines très calmes, d’autres plus houleuses. C’est aussi cela l’activité politique, l’institution et l’apprentissage de la conflictualité sans LBD 40 pour régler les problèmes. Un soir, nous étions plus de 400. Il s’agit bien de politique, cette activité qui ne doit avoir lieu que sous la forme promue et aseptisée d’un spectacle à bonne distance.



Lire la suite