La démocratie en Équateur «en grave danger» en raison des manifestations violentes, selon l'armée

En Équateur, les manifestations contre le gouvernement du président Guillermo Lasso sont entrées lundi 20 juin dans leur deuxième semaine. Des barricades bloquent les principaux axes routiers du pays. Et les tensions sont de plus en plus vives. Des milliers d'indigènes se rassemblent autour de la capitale, Quito. Ils réclament, entre autres, une baisse des prix du carburant. Le bras de fer est engagé avec le chef d'État conservateur qui a étendu l'état d'urgence à trois nouvelles provinces du pays.

Ils sont arrivés à pied, à moto et dans des camions surchargés… Au huitième jour des manifestations anti-gouvernementales, des milliers d'indigènes ont entamé une marche vers le centre de Quito. Ce mardi 21 juin au matin, la presse équatorienne fait état d'incidents violents entre les protestataires et les forces de l'ordre.

La police et l'armée ont dressé des barricades métalliques pour empêcher les indigènes d'avancer vers le cœur historique de la capitale. Retranché dans le palais présidentiel, Guillermo Lasso a envoyé ce message sur Twitter : « Nous avons tendu la main. Nous avons appelé au dialogue. Mais ils ne veulent pas la paix. Ils veulent le chaos. Ils veulent chasser le président ». Le ministre de la Défense, Luis Lara, lors d'une déclaration aux côtés des représentants des forces armées, a estimé que la démocratie en Équateur était « en grave danger face à l'action concertée de personnes exaltées qui empêchent la libre circulation de la majorité des Équatoriens ».

Le parlement veut un dialogue sérieux

► À lire aussi : Équateur: « On restera mobilisés le temps qu'il faudra »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles