Les démocrates demandent à Trump de témoigner à son procès en destitution

·2 min de lecture
LES DÉMOCRATES DEMANDENT À TRUMP DE TÉMOIGNER À SON PROCÈS EN DESTITUTION

WASHINGTON (Reuters) - Les démocrates de la Chambre des représentants chargés d'endosser le rôle de procureurs lors du procès en destitution de Donald Trump lui ont demandé de venir témoigner la semaine prochaine pour s'expliquer sur son comportement avant l'envahissement du Capitole par ses partisans.

Les conseillers de l'ancien président américain ont déclaré qu'il ne répondrait pas à cette convocation.

La Chambre des représentants à majorité démocrate a lancé le mois dernier une nouvelle procédure en destitution contre Donald Trump, bien qu'il ne soit plus président des Etats-Unis.

Ils lui reprochent d'avoir incité au soulèvement le 6 janvier en invitant dans un discours ses partisans à contester sa défaite à l'élection présidentielle face à Joe Biden. Certains partisans de Donald Trump ont ensuite envahi le Capitole, siège des deux chambres du Congrès des Etats-Unis où se déroulait la procédure de certification des résultats de l'élection.

"A la lumière de votre contestation de ces allégations factuelles, je vous écris pour vous inviter à fournir un témoignage sous serment, soit avant ou pendant le procès en destitution au Sénat, au sujet de votre comportement le 6 janvier 2021", écrit Jamie Raskin, qui dirige l'équipe de "procureurs" démocrates, dans une lettre adressée à Donald Trump et à ses avocats.

Il demande à l'ancien président de témoigner entre le 8 et le 11 février.

"Si vous déclinez cette invitation, nous nous réservons tous les droits, y compris le droit d'établir au cours du procès que votre refus de témoigner va à l'appui d'une forte déduction négative au sujet de vos actions (et inaction) le 6 janvier 2021", ajoute l'élu démocrate.

Interrogé par Reuters, un conseiller de Donald Trump, Jason Miller, a déclaré: "Le président ne témoignera pas dans une procédure inconstitutionnelle."

Dans une lettre ouverte, Bruce Castor et David Schoen, avocats de l'ancien président, qualifient pour leur part cette demande de témoignage d'"opération de communication".

(Makini Brice et Doina Chiacu, avec Steve Holland et Eric Beech à Washington et Karen Freifeld à New York; Version française Bertrand Boucey)