Démission de Theresa May : Boris Johnson favori pour la remplacer

Plusieurs personnalités sont en lice pour occuper le 10 Downing Street après Theresa May, qui a échoué à mettre en œuvre le Brexit.


La Première ministre britannique Theresa May a annoncé sa démission ce vendredi, lors d’une émouvante allocution donnée devant le 10 Downing Street. La deuxième femme à avoir été à la tête du gouvernement britannique a été victime de son incapacité à mettre en œuvre le Brexit. Elle quittera ses fonctions le 7 juin.



Theresa May annonce sa démission au bord des larmes

Désormais, il s’agit de décider qui la remplacera à la tête de l’exécutif. Le chef du gouvernement de Sa Majesté est nommé par la reine Elizabeth II, qui choisit la personne la plus susceptible d'avoir la confiance de la Chambre des Communes, soit le chef du plus grand parti politique.

Dans le cas présent, il s'agit des conservateurs, qui disposent d'une majorité absolue à la Chambre. Pour succéder à Theresa May, il faut donc d'abord se faire élire à la tête des Tories. Le parti a annoncé, vendredi, que la nomination serait effective avant la pause parlementaire du 20 juillet. Voici une liste des prétendants, déclarés ou non.

Boris Johnson, le favori

C’est le grand favori des bookmakers et des militants de base du Parti conservateur. L’ancien maire de Londres a indiqué qu’il serait « bien entendu » candidat au poste de Premier ministre.

« Bojo », 54 ans, a été l’un des grands artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016, dont il tire encore maintenant une grande partie de son crédit.


Nommé ministre des Affaires étrangères dans la foulée par Theresa May, il n’a cessé de lui savonner la planche en critiquant sa stratégie dans les négociations avec Bruxelles, avant de quitter le gouvernement pour défendre une (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Manifestations massives en Algérie : des dizaines de personnes interpellés
Royaume-Uni : fin de partie pour Theresa May
Tensions avec l’Iran : Trump va déployer 1500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient
Les Etats-Unis trop pressés de retourner sur la Lune ?
«Ibizagate» en Autriche : le leader d’extrême droite piégé dépose plainte