Démission de François de Rugy : "C'est la victoire de la défiance qui est en train d'instiller un poison dans notre démocratie"

franceinfo
Après la démission mardi du ministre de l'Ecologie et de la Transition solidaire consécutive aux révélations de Mediapart, le directeur général de l'Observatoire de l'éthique publique met en garde contre les approches "hystérisées" de ce type d'affaires.

La démission de François de Rugy signe la victoire de l'information, se réjouissait mardi Edwy Plenel, président et co-fondateur de Mediapart, à l'origine des révélations sur le désormais ex-ministre de la Transition Ecologique. "C'est la victoire de la défiance qui est en train d'instiller un poison dans notre démocratie", réagit quant à lui, mardi 16 juillet sur franceinfo, Matthieu Caron, directeur général de l'Observatoire de l'éthique publique, un think tank fondé en 2018 présidé par l’ancien député socialiste René Dosière. "Les révélations au compte-gouttes sont un poison, estime-t-il. Évidemment, il y a ici une faute politique, mais il faut prendre du recul par rapport à tout ça et remettre les choses en perspective en se posant les bonnes questions.

Il faut s'inscrire dans une logique de transparence tranquille, c'est ce que porte l'Observatoire de l'éthique publique.

Matthieu Caron

à franceinfo

L'épisode, selon lui, pose trois questions. "La première est de savoir à partir de quand un ministre doit démissionner, indique Matthieu Caron. Certes c'est une question politique, mais c'est aussi une question juridique." Par le passé, note-t-il, pouvait-on se prévaloir de la "jurisprudence Bérégovoy-Balladur", selon laquelle un ministre devait démissionner s'il était mis en examen.

De nouveaux critères pour garantir la stabilité

"Aujourd'hui, oppose (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi