Furieux de la trêve à Gaza, le ministre israélien de la Défense démissionne

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a annoncé mercredi sa démission pour dénoncer le cessez-le-feu conclu la veille avec le Hamas et les groupes armés de la bande de Gaza. /Photo prise le 14 novembre 2018/REUTERS/Ammar Awad (Reuters)

par Dan Williams

JÉRUSALEM (Reuters) - Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a annoncé mercredi sa démission pour dénoncer le cessez-le-feu conclu la veille avec le Hamas et les groupes armés de la bande de Gaza.

Ce départ affaiblit le gouvernement de coalition dirigé par Benjamin Netanyahu.

A la télévision, Avigdor Lieberman a affirmé que le cessez-le-feu conclu à Gaza après une médiation égyptienne était "une capitulation face au terrorisme". "L'Etat achète le calme à court terme au risque de graves dangers à long terme pour la sécurité nationale", a-t-il dit.

Il a précisé que son parti Israel Beytenou ("Israël notre maison"), un mouvement d'extrême droite, allait quitter la coalition gouvernementale, ce qui va laisser à Benjamin Netanyahu une très étroite majorité à la Knesset, le Parlement israélien, avec 61 sièges sur 120.

Avigdor Lieberman a appelé à des élections anticipées. "Nous devons nous entendre sur une date pour des élections le plus tôt possible", a-t-il dit.

Jonatan Urich, porte-parole du Likoud, le parti de Netanyahu, a repoussé cette idée d'un scrutin anticipé, précisant que le Premier ministre assumerait désormais le poste de ministre de la Défense.

La législature actuelle doit normalement s'achever en novembre 2019.

"Si je restais à mon poste, je ne pourrais plus regarder dans les yeux les habitants du sud du pays", a expliqué Lieberman, évoquant les tirs de roquettes sur cette région à partir de la bande de Gaza.

Il a ajouté que sa démission serait effective quarante-huit après la remise de sa lettre officielle à Netanyahu.

LE HAMAS SALUE UNE "VICTOIRE"

Le parti Le Foyer juif de Naftali Bennett, également membre de la coalition au pouvoir et qui compte huit députés au Parlement, a lui aussi critiqué Netanyahu et demandé que son dirigeant, actuellement ministre de l'Education, succède à Lieberman à la Défense.

Netanyahu a justifié son attitude. "Diriger, c'est aussi savoir affronter les critiques, surtout quand vous ne pouvez pas dire certaines choses qui sont trop sensibles. Nos ennemis ont demandé un cessez-le-feu et ils savent très bien pourquoi ils l'on fait", a-t-il dit.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007, a salué dans le départ de Lieberman une "victoire".

"La démission de Lieberman, c'est la reconnaissance de la défaite face à la force croissante de la résistance palestinienne", a déclaré le porte-parole du mouvement, Sami Abou Zouhri. "Elle démontre aussi l'état de faiblesse des Israéliens."

Le calme est revenu mardi soir à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, après deux jours d'échanges de tirs les plus violents depuis l'opération "Bordure protectrice" en 2014.

Pourtant, les Palestiniens ont rapporté qu'un pêcheur palestinien avait été tué mercredi à la frontière de Gaza par des tirs israéliens.

L'armée israélienne a déclaré que des soldats avaient ouvert le feu sur un suspect qui s'approchait de la clôture frontalière.

Tsahal a précisé par ailleurs avoir capturé un Palestinien qui tentait de franchir la clôture et avait lancé des grenades en direction des militaires israéliens.

(Avec Maayan Lubell et Nidal al-Mughrabi; Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles