Démission d'Abdallah Hamdok au Soudan, "la fin d'une vaste mascarade"

Démis de ses fonctions le 25 octobre dernier par le général Abdel Fattah al-Burhan, remis en selle un mois plus tard par le même général, Abdallah Hamdok est passé du rang d’espoir à celui de traître. Ce dimanche 2 janvier, alors que Hamdok allait annoncer sa démission, le peuple était une nouvelle fois dans la rue. Trois manifestants ont été tué par la répression militaire, ce qui porte le bilan à 57 morts depuis le 25 octobre. L'analyse de Karim Yahiaoui, reporter à France 24.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles