Démarrage difficile pour le premier RER hors Île-de-France à Strasbourg

© FREDERICK FLORIN / AFP

Il semblerait que les objectifs du Réseau express métropolitain européen (Reme) aient été trop ambitieux. Celui-ci prévoyait la mise en service de 800 trains supplémentaires par semaine dès le mois de décembre. Mais également des amplitudes horaires élargies de 5 heures à 23 heures, un cadencement important, ainsi qu'une fréquence maintenue le week-end. Plus d'un mois après, seuls 400 trains supplémentaires relient les 95 gares concernées. Le premier RER hors Île-de-France inauguré à Strasbourg , le 11 décembre dernier, connaît un démarrage difficile. Plusieurs problèmes sont à noter : retards, annulations ou encore manque de communication.

« La mise en service est chaotique », dénonçait dès le 23 décembre la CGT. Plus d'une cinquantaine de trains étaient supprimés chaque jour, selon les chiffres consultés par la Fédération nationale des associations d'usagers des transports dans le Grand Est (Fnaut). La SNCF a mis en place un « plan de transport adapté », jusqu’à la fin décembre. En clair, une réduction du nombre de trains qui a été prolongée jusqu'au 3 février.

« Nous demandons le remboursement total des abonnements »

Emeline Adrian s’est confiée à l’AFP. Cette fonctionnaire a rencontré des difficultés depuis le début du lancement du réseau express alsacien. « Avant, j'avais quatre trains qui me permettaient d'arriver à 9 heures à Strasbourg. Aujourd'hui, je n'en ai plus que deux », a-t-elle déploré.

Un groupe Facebook, « TER Grand Est: le ras-le-bol des usagers », a été cr...


Lire la suite sur LeJDD