Démantèlement d'un camp de migrants : colère et stupeur chez les députés

·1 min de lecture

Les forces de l'ordre ont démantelé lundi soir un campement de migrants installé sur la place de la République, à Paris. Les policiers ont chargé et frappé des manifestants, des migrants et des journalistes. Ces images choquantes, qui ont suscité l'indignation, ont fait réagir jusqu'au sein de l'Assemblée nationale, qui s'apprête à voter mardi après-midi la proposition de loi "Sécurité globale".

Après les images de cette opération de police violente, les opposants au texte sont encore plus remontés, notamment les Insoumis. Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, va jusqu'à demander la suspension du vote. 

>> LIRE AUSSI - Démantèlement d'un camp de migrants à Paris : "On a reçu des coups", dénonce Rémy Buisine

Mélenchon dénonce "le basculement vers un régime autoritaire"

"Ce sont des scènes d'une rare barbarie et qui signalent le basculement vers un régime autoritaire assumé par le président de la République. Les excuses pitoyables de Gérald Darmanin, ce matin, sont naturellement les bienvenues. Elles signalent l'erreur fondamentale de sa loi. Il est largement temps de faire machine arrière. Il faut que cet article 24-25 soit abrogé", s'est-il indigné, en faisant référence à cet article accusé d'empêcher les journalistes de filmer des policiers en exercice pendant des manifestations.

Le chef de file des Insoumis s'en est également pris à Gérald Darmanin. "C'est lui qui est responsable de tout ça", dit-il. 

>> LIRE AUSSI - Démantèlement d'un camp de migrants...


Lire la suite sur Europe1