Le délit de blasphème existe-t-il en droit français ?

·1 min de lecture

Après l’onde de choc dans toute la France et dans le monde, suscitée par l’assassinat de l'enseignant Samuel Paty, qui avait montré des caricatures de Mahomet à une classe de collégiens, l'avocat Roland Perez fait le point : le délit de blasphème existe-t-il en France ? 

>> Retrouvez toutes les chroniques de Roland Perez en podcast et en replay ici 

Seules l'injure et la diffamation poursuivies

Un petit rappel étymologique, tout d’abord. A l'origine, blasphémer signifiait mal parler de quelqu’un, comme l’injurier par exemple, ou le calomnier. Ensuite, la signification a évolué pour ne plus concerner que l’injure d'un fait religieux. On parle d'un outrage à la divinité, à la religion ou encore une irrévérence à ce qui est considéré comme sacré.Hormis dans les pays qui adoptent une religion d’Etat et ou la loi est encadrée par les préceptes de cette religion, le délit de blasphème n’existe pas. En France, c'est la Révolution française qui a mis fin a tout délit de blasphème, en consacrant la liberté d’expression, corollaire des libertés d’opinion et de croyance consacrées par la Déclaration universelle des droits de l’homme. 

>> LIRE AUSSI - "Il m'arrive de me réveiller la nuit" : un ex-camarade de Samuel Paty sous le choc

Depuis 1905, il y a en France une séparation des églises et de l’état, ce qui confirme l’absence d’incrimination du blasphème : seules l’injure et la diffamation contre des groupes religieux sont sanctionnées. Tout citoyen peut donc parler, écrire...


Lire la suite sur Europe1