Délinquance : l'interview de Macron est "creuse comme un tambour", selon Dupont-Aignan

Une quarantaine de dix jours est obligatoire pour des voyageurs venant de plusieurs pays d’Amérique du Sud. “Je le réclame depuis plus d’un an. La question, c’est de l’appliquer correctement et pour cela il faut un contrôle des frontières nationales. Il faut appliquer une quarantaine pour tout le monde avec rigueur. On peut faire cinq jours dans un hôtel avec un double test ou chez soi avec des contrôles. Il faut surtout des mesures appliquées et applicables", estime Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, dans les "4 Vérités" lundi 19 avril. L'ex-maire de Yerres (Essonne) est hostile au pass sanitaire : "Il n’y a pas besoin d’inventer une usine à gaz sécuritaire impossible à mettre en œuvre". Outre la vaccination, "il faut additionner les solutions : vaccin, vitamine D, antiparasitaire, hydroxychloroquine pris précocement..."Macron "passe à côté du problème""Pourquoi le Maroc ou la Pologne ont beaucoup moins de morts que nous ? Le gouvernement a une responsabilité colossale, je demande une commission d’enquête", affirme-t-il. Emmanuel Macron a donné une interview "surréaliste" dans Le Figaro, selon Nicolas Dupont-Aignan, pour qui le président "passe un côté du problème. Le problème, c’est l’impunité judiciaire des délinquants : rien sur les peines planchers pour les récidivistes, rien sur les rappels à la loi qui peuvent se multiplier sans aucune preuve, rien sur l’expulsion des délinquants étrangers..." "10 000 policiers, ce n’est rien. J’en ai demandé 30 000. Il faut un référendum sur une procédure pénale renouvelée. Et pas de bracelet électronique, mais des peines appliquées en prison. Il n'y a pas un pays au monde plus laxiste avec les délinquants", juge-t-il, concluant d'un sévère : "Son interview est creuse comme un tambour".