Une délégation inuite en France pour demander l'extradition d'un prêtre accusé d'agressions sexuelles

© ARTUR WIDAK / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

Une délégation d'Inuits canadiens se rendra en France du 12 au 15 septembre pour demander l'extradition d'un prêtre français accusé d'agressions sexuelles remontant aux années 1960, a indiqué l'organisme autochtone mercredi. Les six membres du groupe veulent faire pression et appuyer la demande d'extradition faite par le Canada il y a quelques semaines.

Dans le Grand Nord canadien, le cas est vu par beaucoup comme le symbole de l'impunité des agresseurs sexuels au sein de l'Église catholique . "Nous exhortons le président Macron , la Première ministre, madame Borne , et le ministre de la Justice à extrader monsieur Joannes Rivoire" a déclaré à la presse Aluki Kotierk, présidente de l'organisation Nunavut Tunngavik qui représente les Inuits de cette région.

"Un fugitif recherché au Canada"

"L'église et ses prêtres ne sont pas au-dessus de la loi", a dénoncé cette dernière qui fait partie de la délégation, parlant du prêtre comme d'un "fugitif recherché au Canada" depuis des années. La délégation a prévu de se rendre à Paris puis à Lyon où elle sera reçue notamment par le responsable des Missionnaires oblats de Marie-Immaculée, la congrégation religieuse à laquelle le prêtre appartient.

 

>> LIRE AUSSIPédocriminalité dans l'Église : "Il y a une dérive théologique qui sacralise le prêtre"

"Les actes odieux de M. Rivoire ont hanté mon défunt père Marius", a indiqué dans un communiqué Tanya Tungilik. La plainte déposée par son père contre le religieux avait conduit à un...


Lire la suite sur Europe1