Comment les déjections humaines polluent massivement les rivières

·1 min de lecture

On entend souvent parler des fleuves pollués par les nitrates issus de l’agriculture. Mais une autre forme de pollution menace aussi nos rivières : les effluents issus des déjections humaines, riches en matières azotées et en agents pathogènes (bactéries fécales). Ces effluents entraînent une eutrophisation, appauvrissent l’eau en oxygène et présentent un risque non négligeable pour la santé. Et cette pollution est de plus en massive, si l’on en croit une nouvelle étude de l’université de Californie parue dans la revue Plos One. Les chercheurs ont analysé le taux d’azote et d’agents pathogènes dans 135.000 embouchures de rivières à travers le monde et constaté que les effluents humains déversent 6,2 millions de tonnes d’azote par an sur les côtes, soit 40 % de la quantité rejetée par l’agriculture.

Les bactéries antibiorésistantes qui pullulent dans la nature viendraient de nos excréments

Cette pollution est pourtant très peu étudiée, regrettent les auteurs. « Contrairement aux fuites d’hydrocarbures ou au plastique, les effluents humains sont invisibles, note Joleah Lamb, un chercheur de l’université de Californie. J’ai vu des plages magnifiques qui semblaient parfaitement propres, mais quand nous avons testé la qualité de l’eau, elle contenait une grande quantité d’agents pathogènes ».

Contrairement aux fuites d’hydrocarbures ou au plastique, les effluents humains sont invisibles

Car malheureusement, même dans les pays qui disposent d’un système de traitement d’eau, cette pollution passe largement à travers les mailles du filet. Les stations d’épuration filtrent efficacement les agents pathogènes, mais assez peu les matières azotées. De plus, elles sont coûteuses à construire et à opérer, et donc plutôt rares dans les pays en développement. Les systèmes de fosse septique, qui équipent environ 25 % des foyers en France dans les zones rurales, sont moins chers et filtrent la plus grande partie de l’azote, mais laissent en revanche passer les bactéries fécales. Sans...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles