Il a déjà tes yeux (C8) Aïssa Maïga : "D’une certaine manière, j’ai été, moi aussi, adoptée"

·1 min de lecture

Depuis La Première Étoile, en 2009, faire rire et réfléchir en taclant les préjugés racistes est au cœur du cinéma humaniste de Lucien Jean-Baptiste. Avec cette fable en forme de comédie, l’acteur et réalisateur poursuit dans cette veine qui a fait le triomphe, sur le même thème, de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? Le cinéaste précise toutefois que sa nouvelle réalisation va plus loin : "Le film évoque les problèmes de transmission et d’héritage. Je montre aussi comment certains couples se battent pour offrir à des enfants abandonnés une vie de famille. Je tends vers des sujets universels."

Un thème inédit

Après des années d’attente, Paul et Sali (lui d’origine antillaise, elle, sénégalaise) se voient confier à l’adoption Benjamin, un bébé de 4 mois. Le couple est aux anges et, contrairement à l’assistante sociale, carrément malveillante, qui doit les évaluer, ne se formalise pas de ce que le poupon soit blanc… Dans le rôle de la maman adoptive, Aïssa Maïga est rayonnante. "Un couple de Noirs adoptant un enfant blanc était un thème inédit au cinéma. C’était donc un projet excitant. J’ai été emballée par le scénario, parce qu’il évitait, avec intelligence, les lourdeurs et les clichés sur le choc des cultures et la couleur de peau." C’est effectivement un exercice d’équilibriste, dans lequel le réalisateur, qui sait être à la fois frontal et diplomate, est passé maître. Son secret, selon Aïssa :

&qu... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi