"Nous sommes déjà confrontés à une pénurie de vaccins"

Propos recueillis par Jérôme Béglé
·1 min de lecture
Les débuts chaotiques de la vaccination en France.

INTERVIEW. Xavier Lefrançois, maire LR de Neufchâtel-en-Bray (76), raconte pourquoi la vaccination promise dans sa ville n’aura finalement pas lieu.

Officiellement, la campagne de vaccination s'accélère. Lundi 18 janvier, 700 centres de vaccination devaient ouvrir dans tout le pays pour permettre à plus de 6 millions de Français de plus de 75 ans de recevoir une injection. Mais les premiers couacs sont déjà au rendez-vous. Xavier Lefrançois, maire LR de Neufchâtel-en-Bray depuis 2008, raconte comment le centre de vaccination qui devait s'installer dans sa ville ne verra pas le jour. Cette commune de Seine-Maritime située à quelques kilomètres de Dieppe avait tout prévu. Tout, sauf un rationnement drastique des doses qui lui avaient été promises.

Xavier Lefrançois, maire LR de Neufchâtel-en-Bray (76).

Xavier Lefrançois : Nous avons été parmi les premiers à nous manifester. Accompagné par la Communauté professionnelle territoriale de santé Bray et Bresle, la municipalité de Neufchâtel-en-Bray a proposé auprès de l'ARS (l'agence régionale de santé) de mettre à disposition des locaux de la ville. La réponse fut positive. Ce centre de vaccination devait être opérationnel dès lundi 18 janvier et permettre de vacciner une centaine de personnes par jour. Jeudi, j'ai appris que nous ne disposerions que de 32 doses par jour !

Allez-vous maintenir l'opération ?

Non, j'y renonce. Mettre en place un centre de vaccination demande beaucoup de logistique. Outre la salle des fêtes de la ville, accessible aux personnes à mobilit [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :