Défilés du 1er-Mai : la crainte de débordements à Nantes

Dans ce département sensible, les autorités restent vigilants. À Nantes peut être plus qu'ailleurs, on ne compte plus les manifestations qui ont dégénéré. Loi travail, Notre Dame des Landes, Gilets Jaunes, l'affaire Steve Maia Caniço aussi sont encore dans les mémoires. Y compris d'ailleurs des forces de l'ordre qui désormais surveillent particulièrement les bords de Loire, dans laquelle le jeune homme avait chuté en marge d'une charge policière pendant la Fête de la musique en 2019.

En ce 1ᵉʳ mai , placé dans un contexte social et politique tendu, les principaux syndicats veulent évidemment une mobilisation pacifique. Mais dans le cas contraire, l'Unsa a déjà fait connaître sa position. "Si on n'arrive pas à l'empêcher, on sera pas complices, on s'en ira, on arrêtera les manifestations pour laisser les casseurs entre eux", prévient Michel Drouet, membre du bureau départemental.

Vigilance et street medic

Du côté de la CGT, les syndicalistes sont sur une ligne différente. Autrement dit, ils resteront vigilants mais présents dans la rue quoi qu'il arrive. Nous, on sera là jusqu'au bout du défilé. Autour de chaque camion, on est vigilants. Nous, on n'a pas de service d'ordre et ça se passe très bien. Il n'y aura pas de problème", se rassure Ronan Lherbier. Le cortège a par ailleurs été placé sous surveillance policière.

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Et si malgré tout il y a des débordements, Solidaires étudiant a déjà pris l...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles