Défilé du 14-Juillet : les "gilets jaunes" Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Eric Drouet relâchés après leurs gardes à vue

franceinfo
Placé en garde à vue pour "rébellion", Eric Drouet a été libéré en fin d'après-midi.

"Même si Macron ne veut pas, nous on est là !" ou encore "Macron démission !" Plusieurs personnes ont scandé des hymnes des "gilets jaunes" aux abords des Champs-Elysées, dimanche 14 juillet, quelques instants avant le début de la cérémonie. Dans la matinée, Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues, deux figures du mouvement, ont été placés en garde à vue pour "organisation d'une manifestation illicite", a fait savoir le parquet de Paris à franceinfo.

Ils ont par la suite été relâchés en milieu d'après-midi. Leurs dossiers ont été classés sans suite, a indiqué à franceinfo Juan Branco, avocat de Maxime Nicolle.


Eric Drouet, autre personnalité influente du mouvement, a pour sa part été placé en garde à vue pour "rébellion" avant d'être libéré en fin d'après-midi. Le parquet étudie désormais les suites à donner à cette procédure.

Selon une source proche du dossier, les gardes à vue de Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues ont démarré à 8h45 et ont eu lieu dans le commissariat du 15e arrondissement. L'arrêté préfectoral en vigueur pour la fête nationale prévoyait "l'interdiction pour toute la journée du dimanche 14 juillet de tout rassemblement de personnes se revendiquant du mouvement des 'gilets jaunes' dans un périmètre" situé autour des Champs-Elysées.

Une interpellation pour "des raisons politiques"

Maxime Nicolle a été placé "en cellule pour avoir (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi