Déficit public en Italie : Giorgia Meloni relève les estimations de son prédécesseur Mario Draghi

© REUTERS/Yara Nardi

En septembre dernier, l'ancien Premier ministre italien, Mario Draghi, avait prévu que le déficit public de son pays s'élèverait à 3,4% du PIB en 2023, à législation constante. Après une réunion tenue vendredi, le nouveau gouvernement italien a décidé de porter le déficit public du pays à 4,5 % du PIB, a annoncé le journal Domani . Supérieure aux précédentes estimations, cette dernière estimation permettra de débloquer des financements supplémentaires pour aider les ménages et les entreprises à faire face à la flambée des prix de l'énergie. « Cela nous permet de libérer 22 à 23 milliards d'euros supplémentaires, que nous avons l'intention de consacrer à la lutte contre la hausse des prix de l'énergie », a promis la Première ministre Giorgia Meloni devant un parterre de presse. Le déficit devrait toutefois tomber à 3,7 % en 2024, et à 3 % en 2025, selon la feuille de route économique adoptée par Rome.

Arrivée au pouvoir le mois dernier, l'énergique blonde issue de l'extrême droite s'était engagée pendant la campagne électorale à mieux contrôler les dépenses, alors que le pays souffre d'une faible croissance et porte le poids d'une énorme dette.

Lire aussi - L’Italie de Giorgia Meloni peut-elle déstabiliser l’Union européenne ?

Une récession pourtant inévitable

Dans la foulée, le gouvernement de Giorgia Meloni a également rehaussé les prévisions concernant la croissance économique italienne de cette année : Mario Draghi annonçait 3,3%, sa remplaçante déclare 3,7 %. « Grâce à u...


Lire la suite sur LeJDD