Défiance envers le vaccin Moderna : la fausse bonne idée du Ministère de la Santé

·1 min de lecture

Le ministère de la Santé évoque la possibilité de ne plus distinguer les vaccins anti-Covid de Pfizer et Moderna d’un côté, lors de la prise de rendez-vous. Une façon de répondre à la défiance irrationnelle qui s'exprime vis-à-vis de Moderna. Quid du consentement éclairé ?

Une défiance irrationnelle envers le vaccin de Moderna serait-elle en train de s'installer ? Au vaccinodrome de Saint-Denis, les créneaux Pfizer sont partis comme des petits pains dès l’ouverture des réservations, début avril. Difficile d’en dire autant pour Moderna, alors que les deux reposent sur la même technologie et accusent des taux d’efficacité quasi identiques. Comment expliquer cette défiance ?D’un côté, Pfizer, le bon élève que tous s'arrachent, lui fait de l’ombre. " En France, l'ordre de grandeur est d'environ 1 dose de Moderna pour 10 doses de Pfizer ", nous expliquait le professeur Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Un cercle vertueux : plus le vaccin est utilisé, plus il est connu du grand public, et donc prisé. " Depuis le début de la campagne de vaccination, Pfizer est identifié collectivement comme le meilleur vaccin pour les personnes fragiles, cela explique probablement que les patients ont tendance à le privilégier ", ajoutait l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France.De l’autre, AstraZeneca le mal-aimé pourrait bien emmener Moderna dans sa chute. Comme si les sonorités en " a " que les deux partagent poussaient à la confusion....

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République