Défiés par Emmanuel Macron, Mcfly et Carlito dévoilent leur vidéo sur les gestes barrières

·2 min de lecture

Mcfly et Carlito ont publié une vidéo dans laquelle ils rappellent les gestes barrières contre le covid-19. Si elle atteint 10 millions de vues, ils pourront aller tourner à l'Elysée avec le président de la République. 

Mcfly et Carlito ont relevé le défi lancé par Emmanuel Macron. Les deux Youtubeurs ont publié dimanche matin une vidéo pour appeler leurs quelque 6,27 millions d'abonnés à respecter les gestes barrières contre le covid-19. Cette vidéo est une «commande» du chef de l'Etat qui a réclamé aux deux populaires vidéastes de sensibiliser les Français aux gestes barrières dans une «vidéo toute simple». Si celle-ci atteint les 10 millions de vues, Emmanuel Macron a promis que David Coscas et Raphaël Carlier, de leurs vrais noms, pourraient tourner un concours d'anecdotes avec lui à l'Elysée.

Les deux Youtubeurs ont finalement sorti le clip «Je me souviens». Avec humour, ils se mettent dans la peau de deux personnes qui ne respectent pas les conseils sanitaires comme l'utilisation du gel hydroalcoolique, le port du masque, l'aération des pièces... «Si on veut retrouver ces sensations d'hier, il faut appliquer les gestes barrières», chantonne le duo dans des paysages enneigés avant de lancer au président de la République : «Je te promets Manu, je vais faire gaffe pour mes enfants et pour la France». A la fin, le clip est interrompu par deux faux policiers très pessimistes à cause de l'arrivée des variants du virus qui verbalisent les deux comparses pour non-port du masque.

A lire aussi :«La tendance n'est plus bonne» en France, scandale en Argentine... le point sur le coronavirus

Assouplir les mesures ou les renforcer? Emmanuel Macron se donnerait une dizaine de jours pour décider d'une nouvelle stratégie face à l'épidémie de coronavirus. En déplacement à Nice samedi, où le covid-19 connaît un regain, Olivier Véran a demandé au préfet des Alpes-Maritimes de prendre d'ici à dimanche soir des «mesures complémentaires», comme un(...)


Lire la suite sur Paris Match