Les défenseurs du droit à l'avortement appellent les Américains à manifester en masse le 14 mai

Alors que la Cour suprême est en passe de remettre en cause le droit à l'avortement aux Etats-Unis, les associations appellent à manifester en masse le 14 mai prochain à Washington, New York, Chicago et Los Angeles.

"Nous passons à l'action": plusieurs grandes organisations progressistes ont appelé jeudi les Américains à défiler en masse le 14 mai dans tous les Etats-Unis pour défendre le droit à l'avortement, que la Cour suprême semble prête à dynamiter.

"C'est l'heure de redoubler nos efforts", "il n'y a pas de temps à perdre", a déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique Kelley Robinson, une responsable du groupe Planned Parenthood, qui gère de nombreuses cliniques pratiquant des avortements dans le pays.

"Exprimer notre rage"

"Le 14 mai, nous allons exprimer notre rage", a-t-elle ajouté en annonçant l'organisation de quatre grandes marches à Washington, New York, Chicago et Los Angeles, et des centaines de rassemblements dans le reste du pays. "On attend des centaines de milliers de personnes."

D'autres actions auront lieu dans la foulée. "Ce sera un été de colère", a déclaré Rachel Carmona, dont l'organisation Women's March avait rassemblé des millions d'opposants à Donald Trump en 2017 pour une première "Marche des Femmes".

Signe de la fébrilité à Washington, des barrières de sécurité ont été érigées jeudi autour du bâtiment de marbre blanc qui abrite les travaux de la Cour suprême.

Des négociations jusqu'au 30 juin

L'institution est dans la tourmente depuis la publication, lundi par le site Politico, d'un projet d'arrêt qui, s'il est adopté tel quel, renverra les Etats-Unis 50 ans en arrière, quand chaque Etat était libre d'interdire ou d'autoriser les avortements.

Ce document, rédigé en février et qui peut faire l'objet de négociations jusqu'au 30 juin, estime que la décision historique "Roe v. Wade" de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse, était "infondée depuis le début" et que rien dans la Constitution ne protège le droit à l'avortement.

Ces révélations ont atterré la gauche américaine: des centaines de personnes ont défilé spontanément devant la Cour suprême, les élus démocrates du Congrès ont donné de la voix et le président Joe Biden a appelé les électeurs à défendre le droit à l'avortement lors des élections législatives de novembre.

"On voit une énergie qu'on n'avait pas vue jusque-là", a assuré jeudi Rahna Epting, directrice de l'association progressiste MoveOn, en accusant les républicains d'avoir orchestré ce recul en nommant des juges conservateurs à la Cour suprême.

"Une trahison" pour le chef de la Cour suprême

"Notre message aux républicains est clair: vous allez nous voir dans les rues en mai, vous allez nous voir dans les rues en juin et vous allez nous voir dans les urnes en novembre!"

Au sein de la haute Cour, le malaise est palpable. Son chef, le magistrat John Roberts, avait dénoncé mardi dans un communiqué une "trahison" et ordonné une enquête pour découvrir l'auteur de la fuite. Cette rupture de la confidentialité des délibérations est "absolument scandaleuse", a-t-il redit jeudi lors de sa première sortie en public depuis la fuite.

Le responsable est "fou" de croire que cela infléchira la position des juges, a-t-il ajouté devant des juristes réunis à Atlanta. Selon la chaîne CNN, qui a rapporté ses propos, John Roberts a également dit espérer qu'une "pomme pourrie" ne changerait pas "la perception" de la Cour dans l'opinion.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Droit à l'avortement menacé aux États-Unis : "Un séisme se prépare dans la politique américaine"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles