Publicité

Défense de l'Union européenne : pourquoi persévérer dans l’erreur ?

L’invasion de l’Ukraine le 24 février 2022 a mis à nu l’Europe, incapable de penser la conflictualité qui est la vraie nature des relations internationales. De fait, les bientôt 45 dernières années ont largement été consacrées aux « dividendes de la paix » héritées de la fin de la Guerre froide. Les États européens ont préféré, dans leur majorité, s’en remettre au partenaire américain. En matière industrielle, ils ont choisi d’acheter leurs équipements militaires sur étagère, sapant pour longtemps toute capacité européenne, en dehors de la France, à construire une industrie d’armement pour le XXIe siècle.

Or, alors que les élections européennes se profilent, une petite musique venue de Bruxelles se fait entendre : la Commission européenne, tout à son fédéralisme atavique, s’apprête à appliquer les règles du marché intérieur à l’armement. La manœuvre, en deux temps, est subtile et rodée. D’abord, face à l’incapacité des États membres à prendre la pleine mesure de l’effort de réarmement que l’évolution géopolitique exige, leur faire miroiter – le chiffre d’un fonds de 100 milliards d’euros a été évoqué – une importante manne financière, largement fictive d’ailleurs puisque forcément issue des finances publiques nationales.

Ensuite, retirer aux États membres leur capacité d’action en appliquant aux industries de défense les règles du marché intérieur dont la Commission a la seule maîtrise. À terme, tout ceci a une cohérence pour les fédéralistes : sans défense européenne, p...


Lire la suite sur LeJDD