Défendre les Ouïghours ou vendre en Chine ? L'industrie textile au pied du mur

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Sommées par la Chine de renier la cause ouïghoure, de grandes marques de vêtements sont au pied du mur : comment satisfaire des consommateurs occidentaux toujours plus exigeants sur l'éthique, sans se fermer les portes de la deuxième puissance économique mondiale ?

"Ce bras de fer est kafkaïen. Et c'est la première fois que les réactions en Chine sont simultanées, entre la Ligue de la jeunesse communiste (affiliée au parti au pouvoir, NDLR, et qui anime la campagne de boycott), les plateformes de vente en ligne, les consommateurs et les influenceurs", résume Eric Briones, cofondateur de l'école Paris School of Luxury.

A l'origine du conflit, le coton : 20% de la production mondiale provient de Chine, essentiellement de la province du Xinjiang peuplée d'Ouïghours, une minorité musulmane réprimée et exploitée par Pékin selon les défenseurs des droits humains, ce que nie le régime communiste.

Appel au boycott contre des groupes occidentaux

La semaine dernière, en réaction aux sanctions imposées par le Royaume-Uni, l'UE, les États-Unis et le Canada à la Chine pour son traitement des Ouïghours, les engagements pris en 2020 par plusieurs géants du textile - tels H&M, Nike ou Uniqlo - de ne plus s'approvisionner en coton du Xinjiang ont opportunément refait surface sur le réseau social chinois Weibo. Ont suivi une marée d'appels au boycott sur les réseaux sociaux visant Nike, H&M mais aussi Adidas ou Zara, dont certains produits ont été retirés des principaux sites chinois de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi