Défaite par Yannick Jadot, Sandrine Rousseau a mis trois jours à digérer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - Mardi, aux alentours de 20 heures, ce cadre d’EELV comprenait parfaitement l’absence de Sandrine Rousseau lors du discours de Yannick Jadot, tout juste vainqueur de la primaire écologiste. “C’est humain, il faut se rendre compte du choc que c’est d’encaisser la défaite comme ça. N’importe qui réagirait ainsi”, disait ce responsable de premier plan.

Mais il ne pensait pas que la finaliste malheureuse mettrait autant de temps à digérer sa défaite et à soutenir clairement l’eurodéputé lancé dans la course à l’Élysée.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, ce n’est que ce vendredi 1er octobre que Sandrine Rousseau a prononcé les mots que tout son camp attendait. ”Évidemment, c’est Yannick Jadot qui portera les couleurs de l’écologie, je me mets complètement à son service. Je lui suivrai sans aucun état d’âme”, a-t-elle déclaré sur France Bleu.

“Sandrine Rousseau ne peut s’affranchir du collectif”

Depuis mardi, Sandrine Rousseau n’avait jamais contesté sa défaite, aussi courte soit-elle. Elle avait aussi acté qu’elle respecterait la charte de la primaire qui l’enjoint à soutenir le vainqueur. Seulement, ses différentes prises de parole avaient semé le doute sur sa volonté de faire campagne pour Yannick Jadot.

Elle refusait par exemple d’appeler clairement à voter pour lui, tergiversait quand on lui demandait si elle tracterait pour lui et semblait mettre la pression sur le candidat pour obtenir une place prépondérante dans les prochains mois.

Même la rencontre organisée entre les deux anciens rivaux n’avait pas suffi à acter le rassemblement; ce qui faisait le jeu de la France insoumise, trop contente d’appeler les soutiens de la finaliste à rejoindre Jean-Luc Mélenchon.

L’état-major écolo avait peu goûté cette attitude et Julien Bayou, le secrétaire national d’EELV, avait été obligé de hausser le ton face à ce premier couac de la primaire. “Ça fait un peu mauvaise perdante. Sandrine Rousseau ne peut pas s’affranchir du collectif”, avait-il taclé lors du premier déplacement de campagne de Yannick Jadot.

Ce dernier a proposé à Sandrine Rousseau de présider son conseil politique et de participer à un comité des candidats qui regrouperait aussi Delphine Batho et Éric Piolle, tous deux éliminés de justesse au premier tour de la primaire. Après quelques heures de tergiversation, elle a finalement décidé de dire oui et de se mettre au service du vainqueur. En espérant que ces trois jours ne laissent pas de trace dans la campagne écologiste.

À voir également sur Le HuffPost: À la primaire EELV, l’ambiance très froide entre les camps Jadot et Rousseau

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles