Défaite de Valls aux législatives : la majorité appelle finalement à soutenir le candidat dissident

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les électeurs de la 5e circonscription des Français de l'étranger ont donc éliminé Manuel Valls, représentant officiel de La République en marche, dès le premier tour des législatives. Ce lundi matin, les cadres de la majorité présidentielle ont aussitôt adoubé Stéphane Vojetta en vue du second tour, le député sortant qui avait maintenu une candidature dissidente.

La République en marche et ses alliés - réunis sous la bannière d'"Ensemble!" -, ont de quoi se satisfaire des résultats des législatives dans les circonscriptions des Français de l'étranger, dont le premier tour s'est tenu dimanche. La coalition présidentielle a en effet pris la tête du scrutin dans huit des onze territoires concernés. Seule défaite notable: celle de Manuel Valls, dans la 5e.

Les cadres de la majorité ont aussitôt changé de pied et appelé dès ce lundi les électeurs à se reporter sur la candidature, jusqu'ici dissidente, du député sortant, Stéphane Vojetta.

Christophe Castaner, le premier à se rallier

Sur le plateau des 4 Vérités de France 2, Christophe Castaner s'est félicité: "Dans les onze circonscriptions, il y aura un candidat de la majorité au second tour". Le président du groupe parlementaire de La République en marche avait-t-il déjà oublié l'élimination du représentant de sa famille politique, Manuel Valls, à l'issue de ce premier volet du scrutin ? Non : c'est seulement que la 5e circonscription, qui recoupe les 120.000 expatriés d'Espagne, du Portugal, de Monaco et d'Andorre, s'impose comme un cas particulier.

Au-dessus des 15,85 % des voix convaincues par Manuel Valls, on note ainsi les 27,24 % des suffrages exprimés en faveur de Renaud Le Berre, investi par la Nupes, et les 25,39 % dévolus à Stéphane Vojetta. Or, ce dernier est le député sortant de la circonscription. Et si le maintien de sa candidature, malgré le choix de la direction de son mouvement au bénéfice de l'ancien Premier ministre, l'a conduit à la dissidence, il est lui-même issu des rangs de la majorité.

Soutenir Vojetta face au "cartel mélenchoniste" pour Guérini

Stanislas Guérini, ministre de la Transformation et de la Fonction publique, a embrayé sur Franceinfo : "Maintenant, évidemment, il faut gagner. On doit se rassembler, face au cartel mélenchoniste. Nous avons un candidat pour cela : Stéphane Vojetta. Il faudra le soutenir". "Il sera soutenu par la majorité présidentielle", a-t-il ensuite réaffirmé.

Plus tôt, la chose a paru plus difficile à Manuel Valls qui, peu avant de quitter Twitter, y mettait sa sortie de piste sur le compte d'une confusion" semée par "la dissidence et la division".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Manuel Valls : "Quelque chose se brisait en moi… Si je continuais, je me brisais"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles