Défaite électorale : Donald Trump s'obstine et invite des complotistes à la Maison-Blanche

·2 min de lecture

Rudy Giuliani a de nouveau pris ses distances d'avec Sidney Powell, une avocate qui assure qu'un complot a provoqué la défaite de Donald Trump. Mais ce dernier l'a encore reçue à la Maison-Blanche.

Les mots de Rudy Giuliani sont forts, mais Donald Trump les a-t-il entendus ? Lundi, l'avocat personnel du président américain, chargé de mener la riposte judiciaire après la défaite du milliardaire à l'élection présidentielle, a de nouveau pris ses distances d'avec Sidney Powell. L'avocate assure qu'il n'a perdu qu'à cause d'un complot ourdi par le défunt président vénézuélien Hugo Chavez, avec la complicité de certains élus républicains qui auraient été corrompus. Une théorie complotiste qui va trop loin, même pour l'ancien maire de New York qui assure que l'élection «a été volée» et que «cela peut être prouvé», notamment en ayant accès aux machines de vote, dont il est persuadé qu'elles ont été truquées : «Laissez-moi vous dire que Sidney Powell ne fait pas partie de notre équipe de défense, elle ne l'a pas été depuis cinq semaines, elle n'est pas une procureure spéciale du président, elle ne parle pas au nom du président, ni au nom de l'administration. Elle parle pour elle-même», a-t-il assuré à Sean Spicer, ancien porte-parole de la Maison-Blanche devenu animateur sur la chaîne conservatrice Newsmax. «Sidney Powell pratique le droit toute seule. Elle n'est pas membre de l'équipe de défense Trump. Elle n'est pas une avocate pour le Président personnellement», avait-il déjà déclaré fin novembre.

Mais la distance mise entre l'équipe «officielle» de Donald Trump et Sidney Powell est mise à mal par... Donald Trump lui-même. Lundi, l'avocate a été reçue à la Maison-Blanche, pour la troisième fois depuis vendredi, rapport le «Washington Post». Ce jour-là, elle était venue avec Michael Flynn, son ancien client, ex-conseiller à la sécurité nationale gracié par le président américain après avoir admis avoir menti au FBI(...)


Lire la suite sur Paris Match