"Dédramatiser la montée de la dette publique"

·1 min de lecture

Liem Hoang-Ngoc et Bruno Tinel, maîtres de conférences en sciences économiques à l’Université de Paris 1, se demandent s'il faut annuler la dette liée à la crise sanitaire.

De nombreuses voix s’inquiètent de l’explosion de la dette publique, consécutive aux mesures prises face à la crise de la Covid-19. Les uns préparent les esprits à des mesures d’austérité et à la reprise des " réformes structurelles " telle que celle du régime de retraites par répartition ou de l’assurance chômage. Les autres font campagne pour une annulation de la " dette Covid ", en proposant notamment que la Banque centrale européenne (BCE) renonce aux titres souverains qu’elle a rachetés sur le marché secondaire. Tous estiment que la dette publique est un problème.Les plus orthodoxes d’entre eux ont applaudi les dépenses fiscales réalisées depuis 1993. Ces allègements fiscaux ont réduit le rendement de l’impôt sans vraiment améliorer la compétitivité de l’économie française, dont les comptes extérieurs n’ont cessé de se dégrader. Elles sont loin d’être étrangères à la montée de l’endettement public.Les moins orthodoxes d’entre eux oublient que le principe keynésien d’une politique contra-cyclique – auquel ils déclarent parfois adhérer – est de s’endetter pour relancer en période de crise, puis de se désendetter sans recourir à l’austérité. Le poids relatif de la dette se réduit alors parce que la relance a exercé un effet multiplicateur sur l’activité, sources de recettes fiscales. Ce...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme