Décryptage : pourquoi la moitié des réacteurs du parc nucléaire français sont-ils à l’arrêt ?

Septembre 2021, de la corrosion sous contrainte était découverte dans un des réacteurs de la centrale de Civaux. Depuis, de nombreux réacteurs ont été mis à l’arrêt afin de contrôler si de la corrosion était présente aux mêmes endroits. Sur les 56 réacteurs du parc nucléaire français, 27 sont actuellement à l’arrêt, entre les visites décennales, les arrêts pour rechargement, et cette fameuse corrosion sous contrainte qui a causé l'arrêt de 12 d'entre eux pour des contrôles. Olivier Dubois, directeur adjoint de l’expertise de sûreté à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), a accepté de répondre aux questions de Futura à ce sujet.

« C’est une situation inédite, qui a plusieurs facteurs »

Les beaux jours arrivant, c’est le moment où commencent traditionnellement les arrêts pour maintenance et rechargement du combustible nucléaire : après l’arrêt du réacteur et son refroidissement progressif pendant quelques jours!-- L’arrêt est rapide. C’est le refroidissement qui est plus « progressif ». --, le combustible usé est placé en piscine de refroidissement sur le site de la centrale tandis qu’un combustible neuf est placé dans la cuve. Au total, ce processus prend au moins un mois, et jusqu'à six mois si des travaux sont prévus en même temps.!-- Si arrêt pour simple rechargement du combustible, cela peut se faire en 1 mois. Si des travaux sont faits en plus, cela peut aller jusqu’aà 6 mois voire plus. --

« Les arrêts pour rechargement sont souvent effectués dès le début du printemps, car les besoins d’électricité sont moindres qu’en plein hiver », explique Olivier Dubois. « Ils suivent ensuite durant l’été, période pendant laquelle les besoins en électricité sont au plus bas. »

Lors d'un arrêt pour rechargement, le réacteur est mis à l'arrêt puis refroidi progressivement pour que la cuve puisse être ouverte, et le combustible retiré. © IRSN
Lors d'un arrêt pour rechargement, le réacteur est mis à l'arrêt puis refroidi progressivement pour que la cuve puisse être ouverte, et le combustible retiré. © IRSN

« Mais actuellement c’est une situation inédite, et qui a plusieurs facteurs. Environ la moitié des réacteurs...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles