Décret anti-immigration : Donald Trump revoit sa copie

Libération.fr

Dans cette nouvelle version, les Irakiens ne font plus partie de la liste des interdits de séjour, tout comme les détenteurs de «cartes vertes» et de visas ainsi que les binationaux. De nouveaux recours sont à prévoir.

Plus d’un mois et demi après l’adoption d’une première mouture contestée dans la rue puis suspendue par la justice, Donald Trump a signé lundi une version atténuée de son décret anti-immigration. L’objectif - «protéger la sécurité nationale» - reste le même, mais l’administration américaine, clairement échaudée par le tollé mondial de la fin janvier, a changé de ton.

«S’il vous plaît.» Cette fois, pas de signature en direct à la télévision dans le Bureau ovale. Seule une photo a été diffusée. Pour assurer le service après-vente, trois ministres ont été dépêchés, dont le secrétaire d’Etat, pourtant très discret depuis des semaines. Rex Tillerson a tenté de rassurer «les alliés et partenaires» des Etats-Unis : «Comprenez s’il vous plaît que ce décret s’inscrit dans nos efforts permanents pour éliminer des failles que les terroristes islamistes radicaux peuvent et vont exploiter à des fins destructrices.»

Le décret initial, baptisé «Muslim Ban» par ses détracteurs, comprenait sept pays à majorité musulmane : Iran, Irak, Syrie, Libye, Soudan, Somalie et Yémen. Principal changement : les ressortissants irakiens ne sont plus concernés. «L’Irak n’est plus sur la liste en raison de leurs procédures de vérification renforcées», a assuré lundi Kellyanne Conway, conseillère du Président. En réalité, le gouvernement irakien, le Pentagone et le département d’Etat ont fait pression sur la Maison Blanche pour retirer l’Irak de la liste, craignant que ce décret ne pénalise la coopération militaire entre les deux pays, engagés dans la lutte contre l’Etat islamique. En outre, de nombreux élus et ex-militaires américains avaient fait part de leur consternation après l’arrestation, à leur arrivée aux Etats-Unis dans la foulée du premier décret, d’Irakiens ayant travaillé (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les ventes d’armes chutent aux Etats-Unis
C’est quasiment devenu un réflexe : quand les Américains et les Sud-Coréens s’entraînent militairement, la Corée du Nord ne rate pas une occasion de se manifester.
L’Ukraine a demandé lundi aux juges de la Cour internationale de justice (CIJ) de l’aider à rétablir la stabilité dans l’est de son territoire, arguant que la Russie y «soutient le terrorisme»
Reconquête de Mossoul : les civils sous le feu des raids aériens
Japon Abe allonge son mandat

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages