Découvrez à quoi ressemble la cyber-frégate de la Marine nationale

Naval Group a commencé la construction de la première cyber-frégate de la Marine nationale. La ministre des Armées, Florence Parly, a inauguré le lancement du chantier des cinq nouvelles frégates d’intervention et de défense (FDI) la semaine dernière à Lorient en Bretagne. En effet, la loi de programmation militaire a prévu 12 milliards d'euros d'investissements entre 2019 et 2025 pour la rénovation des bâtiments de la Marine, dont 3,8 milliards pour le développement et la construction des premières FDI. Le premier navire de ce type entrera en service en 2023. Mais quelles sont les capacités de ces cyber-frégates qui seront, selon le ministère des Armées, des bateaux de “premier rang” ?

Les FDI seront dotées d’une technologie de lutte anti-navire dont des missiles Exocet et des torpilles anti-sous-marine et de projection de forces spéciales avec une plateforme pouvant accueillir un hélicoptère. Ces bâtiments seront adaptables selon les missions. Ces frégates feront 122 mètres de long pour 18 mètres de large et pèseront 6.000 tonnes. Elles seront pilotées par un équipage de 123 marins. Un des points forts de ces navires sera leur vitesse et leur autonomie. Ils pourront voguer à 27 noeuds - environ 50 kilomètres par heure - et rester en mer pendant 45 jours.

Ces bateaux seront dotés de deux centres de données et du Sea Fire : un radar numérique surpuissant développé par Thales. Ce qui leur vaut cette qualification de cyber-frégates. Les deux data center traiteront les données et hébergeront les différentes applications de communication du navire. Le radar est capable de balayer à 360 degrés les informations sur un rayon de 400 km. Il pourra aussi aiguiller la conduite de tirs de missiles si une menace se présente sur mer ou dans les airs. "Le Sea Fire est également conçu pour détecter et cibler les aéronefs hyper véloces grâce à un système fait des analyses sur un point jusqu'à dix fois par seconde", a indiqué à BFM, Rémi Mongabure, Directeur des offres radars de surface

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La France inaugure sa nouvelle "cyber factory" pour développer les armes du futur
Albert Lautman (Mutualité française) : “Le budget de la Sécurité sociale fragilise la solidarité nationale”
Linky : pas d'onde dangereuse pour la santé selon l’Agence nationale des fréquences
Découvrez le Super Hercules, le nouvel avion ravitailleur de l'armée de l'air
La Fête du management, c'est quoi ?