Découvertes d’une épave de navire militaire et d'un complexe funéraire à Héracléion, l’antique cité égyptienne immergée

·1 min de lecture

"Une mission franco-égyptienne (...) a trouvé des débris d'un navire militaire de l'ère Ptolémaïque et des vestiges d'un complexe funéraire grec datant du quatrième siècle avant J.-C.", a indiqué le ministère égyptien des Antiquités dans un communiqué.

Des archéologues ont découvert les vestiges d'un navire militaire et d'un complexe funéraire à Héracléion, cité antique égyptienne immergée dans la Méditerranée, a annoncé le 18 juillet 2021 le ministère égyptien des Antiquités.

"Les trouvailles de navires de cette époque sont extrêmement rares"

La découverte a été effectuée lors de fouilles sous-marines à Héracléion (Thônis en égyptien ancien), qui fut l'un des principaux ports du pays situé à l'embouchure du Nil jusqu'à ce qu'Alexandre le Grand fonde la cité d'Alexandrie en 331 avant notre ère. La ville, découverte en 2001, a été submergée après une série de tremblements de terre et de grandes marées. "Une mission franco-égyptienne (...) a trouvé des débris d'un navire militaire de l'ère Ptolémaïque et des vestiges d'un complexe funéraire grec datant du quatrième siècle avant J.-C.", a indiqué le ministère égyptien des Antiquités dans un communiqué.

Photo publiée par le ministère égyptien du tourisme le 19 juillet 2021, montrant un plongeur mettant au jour des poteries dans la ville antique immergée d'Héracléion. Crédit : Egyptian Ministry of Antiquities / AFP

Le navire (une galère) à fond plat, doté de rames larges, d'un mât et de voiles, mesurait 25 mètres de long et était utilisé pour la navigation dans le delta du Nil, selon les premières déductions des archéologues. Selon eux, le vaisseau devait s'amarrer au quai de l'ancien temple d'Amon. Cette galère ptolémaïque a coulé à cause de "la chute de blocs de construction du célèbre temple d'Amon quand il fut totalement détruit lors d'un cataclysme au IIe siècle av. J.-C.", selon un communiqué de l'Institut européen d'archéologie sous-marine, qui a dirigé la mission. "Les trouvailles de navires de cette époque sont extrêmement rares", estime Franck Goddio, le célèbre découvreur du site archéologique de Thônis-Herakléion, fondateur de cet institut. La galère, qui repose sous près de 5 mètres d'argile dure, a été détectée grâce à l'utilisation d'un nouveau prototyp[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles