Découverte des plus vieux fossiles de microbes producteurs de méthane

·2 min de lecture

Ces microfossiles sont parmi les preuves les plus anciennes de ce type de vie et élargissent les frontières des environnements potentiellement habitables sur la Terre primitive.

La question de l'origine de la vie sur Terre, et par extension des potentialités qu'elle ait pu se développer ailleurs dans le système solaire et même sur d'autres exoplanètes, reste posée. L'hypothèse qui prévaut actuellement est qu'elle a pu apparaître au fond des océans près des qui constituent des milieux favorables, riches en éléments organiques où de nombreuses formes de vie s'épanouissent toujours en utilisant l'énergie chimique fournie par de nombreux composés. Ainsi, une nouvelle découverte, en Afrique du Sud, atteste qu'il y a 3,42 milliards d'années des microbes utilisaient déjà ces composés pour se développer.

Producteurs de méthane

Ces microbes fossilisés ont été découverts dans une roche provenant de la ceinture de roches vertes de Barberton en Afrique du Sud. Cette région, près de la frontière du Mozambique, contient certaines des roches sédimentaires les plus anciennes et les mieux conservées de notre planète. Il y a 3,4 milliards d'années, cette roche formait une veine hydrothermale, une fissure contenant de l'eau chauffée par le magma et qui s'enfonçait sous le fond marin. Les microbes semblent avoir prospéré sur les parois de cette faille où des grappes de filaments ont été identifiées. Dans la revue , l'équipe à l'origine de cette découverte, menée par Barbara Cavalazzi de l'Université de Bologne, explique qu'il s'agit probablement de microbes producteurs de méthane.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont découpé la roche pour observer les minuscules tranches au microscope. Ils ont également utilisé la microspectroscopie pour analyser la composition chimique des échantillons. Verdict : les filaments contiennent la plupart des éléments majeurs nécessaires à la vie avec une gaine externe riche en carbone et un noyau chimiquement et structurellement distinct. De plus, du nickel a également été retrouvé ; cet élément est associé au métabolisme de certains microbes méthanogènes actuels, les archées. Ces archées sont des organismes un[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles