A la découverte de la Provence : L'Isle-sur-la-Sorgue et les asperges

·1 min de lecture

Direction La Provence ce matin, plus précisément à une trentaine de kilomètres d’Avignon. 

Et L’Isle-sur-la-Sorgue, qu’on appelle la Venise comtadine. Pour se donner une idée du pourquoi, il faut se rendre sur place évidemment. On le fait avec Xavier Feuillant, de l’office du tourisme. "La ville, qui au moyen-âge était sur un marais, était une zone de pêcheurs. Donc la ville a progressivement gagné, mais elle est constamment entourée de canaux, du à la rivière de la Sorgue, qui née 6 km plus haut, à Fontaine-de-Vaucluse. Elle arrose la ville est de multiples petits canaux, c'est magnifique."

Ça donne envie de déambuler. On peut le faire sur l’eau d’ailleurs ? 

Oui, en canoë-kayak, mais pas en négochine : il vaut mieux les regarder, je vous assure ! Alors, c’est quoi ? Négochine en provençal veut dire "chien noyé". Quel rapport, me direz-vous ? Réponse de Xavier : "ce sont des barques à fond plat qui étaient utilisées par les pêcheurs, pas du tout une attraction touristique. Ça date depuis des siècles. Et donc L’Isle-sur-la-Sorgue avait eu l'insigne honneur d'être une zone de pêche pour les papes en Avignon. De cette période est née la création de ces barques à fond plat de pêcher dans la rivière. L'inconvénient, c'est qu'elles sont très instables, d'où cette expression. Même un chien aurait du mal à tenir en équilibre sur cette barque."

On peut voir, surtout en été, les clubs de négochine faire des démonstrations. Et là, on voit qu'ils maitrisent. C’est une tradition très fest...


Lire la suite sur Europe1