Cette découverte ouvre une fenêtre inédite sur les premiers âges de la formation des étoiles et des galaxies

·2 min de lecture

Notre Soleil est certes composé à plus de 98 % d’hydrogène et d’hélium. Les éléments chimiques les plus légers de l’Univers. Mais il contient aussi quelques éléments plus lourds. Ces éléments lourds — comme le carbone, l’oxygène ou le fer, désignés de manière générique sous le terme de métaux —, le Soleil les tient du gaz à partir duquel il s’est condensé. Des éléments lourds dispersés là par des étoiles massives en fin de vie. Des générations d’étoiles qui ont précédé celle de notre Soleil. Ainsi mesurer celle que les astronomes appellent la métallicité d’une étoile permet de se faire une idée de son âge. Plus la métallicité est élevée, plus l’étoile est jeune.

Une étoile "impossible" intrigue les astrophysiciens

Or, une équipe internationale dirigée par un chercheur de l’Observatoire astronomique de Strasbourg (CNRS) vient de mettre à jour, au cœur de la Voie lactée, un groupe d’étoiles dont la métallicité apparait extrêmement faible. Environ 2.500 fois plus faible que celle de notre Soleil. Et bien inférieure à celles mesurées dans d’autres structures ailleurs dans l’Univers.

En réalité, ce groupe d’étoiles ne se situe pas tout à fait au cœur de notre Galaxie. Plutôt même du côté de sa périphérie. Du côté sud. Et ces étoiles voyagent sur une orbite qui s’étend de 20.000 à 90.000 années-lumière du centre de la Voie lactée. Même si ce flux stellaire que les chercheurs ont baptisé C-19 mesure environ 30 fois la largeur de la pleine Lune, il n’est pas visible dans notre ciel à l’œil nu.

Cette illustration permet à la fois de situer la position des étoiles qui constituent le courant C-19 et de comparer sa métalllicité à d’autres structures stellaires de la Voie lactée. © N. Martin, Observatoire astronomique de Strasbourg, CNRS ; Canada-France-Hawaii Telescope, Coelum ; ESA, Gaia, DPAC
Cette illustration permet à la fois de situer la position des étoiles qui constituent le courant C-19 et de comparer sa métalllicité à d’autres structures stellaires de la Voie lactée. © N. Martin, Observatoire astronomique de Strasbourg, CNRS ; Canada-France-Hawaii Telescope, Coelum ; ESA, Gaia, DPAC

Réécrire l’histoire de la formation des étoiles et des galaxies ?

Sa découverte secoue les modèles actuels de formation d’étoiles, d’amas et de galaxies. Car les astronomes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles