Découverte de nouvelles microprotéines liées à des maladies psychiatriques

·1 min de lecture

Des chercheurs de Cambridge ont découvert des régions codantes à l’extérieur des gènes qui joueraient un rôle dans le développement de la schizophrénie et du trouble bipolaire.

Certaines maladies psychiatriques comme la schizophrénie et le trouble bipolaire sont hautement héritables, avec une probabilité proche de 70 % de transmettre ces troubles à sa descendance. Pourtant, les marqueurs génétiques connus actuellement pour augmenter le risque de développer ces maladies n’expliquent qu’une partie infime de cette héritabilité (environ 7 % pour la schizophrénie). Selon une nouvelle étude de l’Université de Cambridge et de la start-up de biotechnologie génétique , ce paradoxe pourrait être dû à une recherche génétique trop étroite.

En effet, généralement les études sur les facteurs génétiques des maladies se focalisent sur les gènes (régions génomiques codant pour une protéine), qui représentent environ 2 % de notre génome. Les auteurs de l’article publié le 23 décembre dans mettent en évidence que d’autres régions non considérées comme des gènes, mais qui codent pour des molécules semblables à des protéines, seraient aussi impliquées dans ces maladies.

Des protéines codées en dehors des gènes

Grâce aux avancées technologiques pour étudier le génome, le transcriptome (l’ensemble des ARN produits par le génome) et le protéome (l’ensemble des protéines produites par ces ARN), un nombre croissant de nouvelles microprotéines (avec moins de 100 acides aminés, trop courtes pour être considérées comme des protéines au sens traditionnel) a été mis en évidence.

Ces molécules sont codées par des régions codantes situées à l’extérieur des gènes, qui seraient des centaines de milliers dans notre génome. "La définition traditionnelle de ce qu’un gène est, est trop restreinte et a empêché d’explorer la fonction du reste du génome, lance Chaitanya Erady, chercheuse à Cambridge et auteure de l’étude dans un . Quand nous regardons l’ensemble du génome, nous voyons que d’autres régions ont la capacité de faire des protéines, pas uniquement les gènes." Et ces bouts de protéines semblent jouer des rôles physiologiques et seraient impliqués dans certaines maladi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles